qu'est l'emprise en tronçon de centre-ville

Publié le par - cel

[ catégorie : zéro battant ]

     Sortir de la zone, atteindre, fréquenter enfin, arbitrairement guidé par la cueillette, une de ces stations reposantes. Corridor sobre et vide, silencieux qu’on observe, et méditatif
- caractéristiques des endroits écartés, toutes se retrouvent ici, ambiantes
et renforcées si l’on pivote. Décider donc de pivoter
     S’en tenant à ce simple rapport, d’insonore et peu fréquenté, une douzaine de plateformes semblables existeraient, accessibles (de voie, de rue) voilées aux usagers de l’environnement haut à circulation dense.
     Étroits quartiers, exclus - on l’a dit - d’une visibilité passante. Et parce que statiques, du réseau qui ne cesse d’être mouvant - Toutefois enregistrés au secteur. Sous-répertoriés : espace inusité ; envisagé aménageable ; espace à diviser. Potentiellement : intersections -
     Celui extrait, on le décide îlot (en présumant des intempéries propres : marqué un peu, plus que ce qui l’entoure - d’où l’autobus bleu nickel se signale, presque bas perçu du niveau de ces abris, et seul différencié des éléments lointains)

Publié dans Zéro battant

Commenter cet article

arte 15/02/2005 20:54

Elle n'accepte plus, la ville, d'ignorer
Par le flux de quel nerf ou de quel océan
Du soleil vers la terre et vers elle descend
L'attraction universelle.

Habilement, elle se fait des certitudes
Avec les doutes fins que filèrent ses hommes.
Rien que d'avoir un peu conscience de ses rues ...

Jules Romain - la vie unanime