Peau d'ours

Publié le par - cel

Henri Calet aurait eu 101 ans hier s'il n'était mort il y a 49 ans environ, le 14 juillet.

"   12 mai : (...)

     Le matin : couché, propre, comme un enfant bien sage.
     Entouré de fleurs, de bonbons.

     On vit très bien sans avenir.

     Le vin est tiré, il faut le boire, il est bu.

16 mai : (...)

     Rêve : Fin de fête dehors.
     Le fils de Kafka, costumé, tient une double tête, masquée, au bout d'un fil. Je lève le masque.

(...)

     Cependant les feuilles poussent... De ma fenêtre, je vois les jeunes oiseaux.
     Mon herbier : les opiacées, les barbituriques, les stupéfiants, les somnifères...

     Mort de Paul Gadenne - ai pensé à lui.

     Ma tête est parfois une chambre à coucher ou un bordel. Rêves lubriques : jeunes femmes folles ; avec l'une d'elles... Avant (sans douleur) très amusant : en prison avec des pédérastes (Jean Genêt).
     Brantôme : « se garçonner » : s'adoniser - garçonnement (substantif) ; lesbiennes : friquer, s'entrefrotter.

     Rêve absurde : Moi : Hitler ou Guillaume II.

28 mai :

     Bonne nuit, sans piqûre.
     Je peux me lever.

31 mai :

     Bain.
     C'est merveilleux d'être debout, habillé, dans la glace.
     Pantalons devenus trop étroits - vers l'obésité.
     Je rêve moins.
     Le rossignol est parti.
     Mes cheveux ont blanchi.
     Je ressemble à mon ombre.

3 juin : (...)

     Après « la » cigarette de 4 heures, la journée est finie - le bouquet.

     Je suis un marmiteux (Brantôme).

     Une vie de plain-pied.
     L'ennui dépassé, je ne m'ennuie même plus.

     Je prends du « Glutaminol » (mon intelligence).
     Glutaminol, son prospectus : « ... capable de restaurer une intelligence passagèrement obnubilée par la fatigue, le surmenage scolaire, le marasme idéatif de l'âge critique, l'artériosclérose. »
     A partir de maintenant, ce n'est plus que du rafistolage.

6 juillet : Nice

     Tarte à la crème, café : suicide.
     Le petit port de Nice, animation.
     « Sampiero Corso »... en Italie ?
     Je ne désire plus rien... Me rappelle d'autres ports, d'autres escales. Quand je voyageais, l'aventure, la nostalgie, la curiosité. Aujourd'hui, je suce des pastilles.   "

Henri Calet, Peau d'ours (Notes pour un roman - inachevé, ça va sans dire - Ed. Gallimard, 1958).

Publié dans Lectures

Commenter cet article

arte 05/03/2005 20:37

"Je vois presque,
à la blancheur de l'orage, ce qui se fera sans moi."

AdB - OU LE SOLEIL