réel si ressemblant à l’inverse à l’image

Publié le


Atteint l’angle de la sortie misons que tu restes de pierre. Trouvée ou non cette esthétique d’ensemble, du monde et de la ville on se maintient dans la vision (il n’est pas neuf ce film terne au devant de l’édifice).
Qui imagé, tel garde la prééminence. On se dira que le voyageur est toujours mis en scène, que le en salles pareillement l’isole de la mobilité du jeu,  existante / regardant.
La simulation alors nous stimule modérément, ce passage d’un coup du paysage aux dimensions de la représentation n’est efficace que par semblant (ainsi des néons pour le voyeur).

Publié dans Zéro battant

Commenter cet article

cel 25/04/2005 04:19

nonox merci, ça fait plaisir, et bienvenue

le nonox 24/04/2005 22:12

Très beaux textes très beau blog ! Content de "tomber" par hasard sur de la matière et de l'énergie...

cel 23/04/2005 09:19

arte, en principe ces textes-ci, enregistrés, seront intégrés à la bande son d'une vidéo (celle dont je parlais ici : http://cel.over-blog.com/article-85812.html), mais j'envisage l'impression d'un livret avec peut-être des images fixes extraites du film accompagnant les textes, qu'on aurait donc plus "en main" et qui permettrait une lecture plus lente

arte 22/04/2005 18:06

Ta poésie est spatiale, et d'ailleurs pose le problème du lieu d'où elle est accessible (vite dit), j'envisage la tablette WiFi, pouvoir lire comme on lit un recueil, rester longtemps le pouce entre deux pages, le temps du voyage qu'elle suscite, puis y revenir puiser d'autres directions : ce soir je teste au lit, avec mon écran a bout de bras...pour voir ! (ou alors tu publies ... :p )