12 juin – (recherche et re-travail, présentation problématique)

Publié le par cel

La perspective expérimentale,  même approchée indirectement,
prend  vie  dès  qu’une  tentative  première  est  engagée, c’est
[1]la  mise  en  errements  des  savoirs -  si  tout  du  long  elle
garde  la  part  belle,  pour avancer efficacement nous ajoutons
nous  oeuvrons  à  [2]une  complète   habilitation   des  incohérences
(la  trajectoire  entreprise  on  réfute  ses  travers)  les  craint-on
nombreuses  et   diverses
  qu’on  travaille  à   [3]une  cohabitation
utile,  et  que  vouloir  lier  ces  filaments  revient alors à mener
d’abord   les   enquêtes   indispensables   et   ici   je   mimerai   la
sociologie
   qui   permettront  de   préciser  la  place  initiale  et
échéante de chacun pour  [4]envisager  les  lectures  possibles  de
l’instabilité
   des éléments considérés  [5]et  les  risques  d’échec,
mouvants.
Intuitions – tension - reconstruction  :  une trame possible pour
aborder  cet  univers,  accorder ses activités et  s’y diriger avec
conviction.

Publié dans d'activités

Commenter cet article

mmouche 18/06/2005 10:56

tu te dis pourquoi pas, puis allez vas y fais le, et là... "fuz fuz fuz", les toiles s'emmêlent, se confondent et entreprennent la reconstitution nouvelle des points réels réinventés
toi, lunettes au nez lapiz au bec, tu reprends ta concentration et les tapis de papier s'amoncellent sous tes pieds décollés de la terre, comme un con table les données tu envoies tout balader et laisse le silence faire les choses dormant des journées entières, et quand la fête te reprend au corps, ton esprit se rétabli et sans relâche tu reconstruis les images du silence...
abracadabra à bras qu'à da bras et prend que deux bras apprend qu'à dos grand sac au dos prend le vent...
;-)

ArtMent 16/06/2005 21:15

Oui, Oui, Oui , Ouï même .
Que les filaments ne soient pas de source, cela coule de source, mais que cela se trame en de dents telles , j'en suis ébloui.
Après Duchamp, Mallarmé , quelles autres "fraternités des métaphores" vont surgir de ces plis sombres ?
Je file aussi la métaphore sur le OuiQui ...

cel 16/06/2005 14:32

les italiques ne correspondent pas forcément à des termes d'emprunt, surtout qu'ils sont les seuls mots que je choisis et place librement dans le texte. Aussi, même si j'ai eu une petite pensée pour les "filaments" arachnides, ils ne sont pas la source de la présence de ce mot ici.
Pour le reste, puisqu'il s'agit à la base de recombiner le lexique d'un autre texte, en aucun cas il ne s'agit de produire un texte de "théorie", artistique ou autre (même s'il est évident que je joue avec cette forme). Je veux dire par là qu'il n'y a pas forcément grand chose de défendable dans ce type de texte s'il on l'approche par l'idée d'un message de cet ordre et qui serait à transmettre.
Travailler à partir d'une trame de mots d'emprunt, qui ont tous leur place définie dès le commencement, implique soit que les "idées émises" ne sont "pas de moi" (alors simplement suggérées ou produites par l'enchainement arbitraires des mots), soit qu'elles sont précisées, dérivant de cette trame de base, par des approximations successives - par exemple l'ajout d'adjectifs qui font légèrement dériver le sens d'un mot donné, où qui orientent un peu le sens général, etc - avec souvent le souhait de perturber la trame de départ, la suite des mots qui la compose touchant très souvent à un champ lexical précis (pour le texte précédent, c'était assez évident : décision, cortex, iris, accomodation, choix, pupille...) qui, comme simple liste, est déjà très "parlant".
Ce qui est sans doute moins évident, c'est que ces textes - ça peut au moins ressortir de leur présentation d'ensemble - jouent avec la forme du journal (d'activités), et que c'est parfois par le saupoudrage, sur cette fameuse trame, de quelques éléments qui peuvent "parler" effectivement de mes idées ou activités, sans que cependant je leur donne une place "de choix". Il s'agit toujours bien plus de trames, de couches et de mélanges que d'exposé ou d'argumentaire.
Par conséquent il n'y a aucune enquête indispensable (sauf à vouloir mimer la sociologie), il n'y a que des trames-dentelles-filaments tentant de se lier (du bris-collage ?), avec une forme parfois parodique (le mime, même) donnant quelquefois un genre, ou une apparence, de cohésion.
(je vais ajouter quelques détails sur ta note du wiki...)

ArtMent 15/06/2005 19:38

j' ai bien cru reconnaître dans ce texte quelques traces de "filaments" arachnides , mais l'expression - aussi mise en italique - "et les risques d'échec" , semble venir d'un autre Horizon . Mais mes "intuitions" sont peut-être trompeuses . Ces filaments engagent une "tentative première" , amorce d'une "trajectoire".

Je prélève dans le texte ceci :
Une TENSION entre :
- d'un côté , l'aspect "errement des savoirs" ou "complète habilitation des incohérences" : en effet , acceptation première fondamentale d'un tel droit d' "errer"( l'air des raies RRRR ose )
- d'un autre côté je note aussi dans ce texte : " avancer efficacement" , "cohabitation utile" , dont le critère d'"utilité" , en matière artistique du moins, me laisse perplexe.

Un filament ECHO se tisse aussi entre "place initiale et ECHEANTE" , et "risques d' ECHEC " .

Je me répète : en effet tout à fait en accord avec ceci : toutes nos "places initiales" qui nous "échoient" à tous sont marquées de notre indigence primordiale ( toujours naîvement renaissants , enfants , trajectoires embryonnaires ) , mais par cela même constitue la possibilité de la reconnaissance réciproque de cette fragilité de tous les (re)commencements humains : fragilité - fraternité .

"Vouloir lier ces filaments" :
étrange démarche en effet : par quoi lierait - on ces filaments , sinon avec d'autres "filaments" ...
récursion infinie dans les filaments du voile de la Mariée .

Quelles "enquêtes indispensables" ici ?
Du genre "Inventaire" du "cocon personnel" comme "place initiale et échéante de chacun" ?

Les demeures virtuelles du genre blog, wiki ou site web en général , entretiennet-elles le même rapport que les demeures "réelles" avec les éventuelles obsessions d'"inventaire" ?

J'arrête donc , pour le moment, l'inventaire obsédant qui aurait pu me tenter de chaque expression , de chaque mot , de chaque lettre peut-être , de ton texte ...

Il faut que je laisse en-tendre en moi les sonorités des "filaments".