de ça, de ça

Publié le par céline cel

[ catégorie : itinéraire-étalon ]

Deux trains ratés, Marguerite déposée à Paris dans des temps respectables cependant, heure d'arrivée à rouen 15h48 trop avancée dans la journée, une pause de quelques minutes à la maison, quelques paroles échangées avec Arte, toujours le même café d'autant plus dégueulasse cette fois que réchauffé, sortie, le cercle l'itinéraire étalon, même que la dernière fois, avant que la lumière ne s'efface trop. Prises rapides, proches de l'improvisation, du tiens si j'essayais comme ça, coups de pied malencontreux dans le pied photo qui me signalent dès le quart du cheminement que tout sera à refaire, retour, dépose du pied et sortie de Ninny qui se roule avec joie dans la cour, porte laissée ouverte pour autoriser ses allées et venues puis nouvelle sortie, je bidouille la dragonne pour qu'elle restreigne les mouvements, les tremblements de la main, et fait un nouveau quart d'heure d'essais, tous dans le même secteur de la rue de Buffon, le voisins inquiets épient aux fenêtres en se donnant tous les airs d'occupations qu'il peuvent. Je rentre, visionne, constate que la prise en marchant caméra sur le pied produit un mouvement horizontal saccadé aussi inssuportable que risible, que je tiens vraiment à l'idée des plans fixes sur pied où l'image filmée devient soudainement photographie, figée, fixe, même froide, déjà mémoire ou objet d'étude malgré la continuité de la bande son qui sonne le présent (aime ce décalage) - qu'il me faut résoudre ce problème technique, les plans fixes nécessitent l'emploi d'un trepied et l'emploi du trepied perturbe ceux en mouvement - prise de tête et décision, pas savamment dosé, le mélange.

Publié dans Itinérire-étalon

Commenter cet article