Pour accession au calme

Publié le par céline cel

[ catégorie : itinéraire-étalon ]

Prises de vues sur prises de vues, d'un jour à l'autre profitant du temps compté de lumière valable pour corriger le tir de la veille, les erreurs de méthode et les ennuis techniques (ma caméra ne supporterait-elle pas une température de 4 ou 5° au dessus de zéro ?). J'ai changé de cercle (cf. plan sur ma note d'hier), pour tomber dans un quartier moins fréquenté, que j'aime bien. Je remarquais tout à l'heure, "sur le terrain", que la méthode de prise de vue choisie associée à l'heure d'hiver me forçent à la rapidité, presque courir d'un point au suivant, prendre et reprendre à la suite les séquences en variant les réglages et me disant pourvu que, pourvu que j'arrive au point x avant la tombée de la nuit, ou avant l'heure de la sortie d'école, selon le jour. Cet empressement involontaire me fait "visiter" ce quartier d'une manière que je n'imaginais pas telle : j'ai en tête des points clef, ceux à atteindre, mais aussi quelques-un que je ne filme pas mais que je remarque une première fois, pour le lendemain et le surlendemain leur accorder une attention plus poussée, toujours les mêmes - notamment la maison de brique qui fait l'angle après la place au bout de la rue Saint Gervais - parce qu'ils sont sur le tracé, parce que je les croise - mais sans que je puisse à leur propos affirmer ce qui, dans cet ensemble cheminé et vu vite, les rend à ce point singuliers que ce sont toujours eux que je note, observe, et que j'observe à défaut du reste. Curieux état d'esprit, qui n'est ni celui de la visite ni de la flânerie, non plus que du seul empressement. Une aptitude amenée par la progression à s'attacher à des extraits, des extraits et un mouvement d'ensemble.

Enfin aujourd'hui je crois avoir filmé tout ce qui me sera nécessaire pour le montage final. Et même si, malgré le froid qui me glaçait hier et encore plusieurs heures après mon retour à la maison, j'ai apprécié ces séjours prolongés et actifs - être dehors, y rester jusqu'à un certain achèvement, refuser les cafés proposés en chemin, faire et refaire - je suis heureuse à l'idée des heures qui m'attendent, au chaud, à choisir dans quelques cassettes les bouts à garder, attaquer enfin le montage. Il faut dire que ce film sera sans doute quelque chose de calme, et que ce calme s'accorde mal avec l'ambiance incessamment mouvementée de ces trois ou quatre derniers jours.

Publié dans Itinérire-étalon

Commenter cet article

arte 16/01/2005 22:10

autre.

cel 16/01/2005 16:59

arte, quoi de chorégraphique, le texte, le parcours, autre ?Philippe, oui, Adobe Première, et peut-être Sound Forge pour le son si Première ne suffit pas

philippe U 16/01/2005 14:42

Je me demandais juste avec quoi c'est que tu vas faire le montage... genre Adobe Première ?

arte 16/01/2005 10:57

Cela fait penser a une choregraphie !