Les énoncés y pouvant être heureux ou malheureux (2)

Publié le par cel

On peut aussi laisser se tasser la perception [des moment et mouvement perceptifs] afin que le contenu – en tant que trace – de la transcription s’écarte d’une influence qu’on dira contextuelle, motivée par l’émotion qui se trouve souvent liée au moment de la découverte : la découverte est un enfin, en tant qu’elle est telle elle exhibe l’attente qu’elle contenait.
Quand je dis JE SAIS BIEN  je ne possède aucune vraie maîtrise des termes et concepts que j’emploie MAIS TOUT DE MEME  vous cernez les environs qu’ils proposent, c’est de la dérive mais  restreinte, puisque le lâché dans les limites ici données aux contenus des éléments du vocabulaire, l’élasticité des termes des termes n’exclut aucunement l’émergence d’une notion se précisant au sein de la variété du champ, notion, ficelle tirée de la confusion des possibles par ce qu’on nomme allusivement intuition ou illumination quand c’est d’une communauté du sens qui s’agite - le morceau conjoint le morceau dans une palpable composition du savoir qui se partage enfin, et l’attente est couverte à son comble – que nous parlons.
JE VOIS BIEN c’est bien d’une réussite que nous parlons, de la réussite d’une réussite dans un contexte particulier, les énoncés y pouvant être heureux ou malheureux et ce d’autant que le désir de chute a conçu dans l’attente qui le compose la possibilité de sa déception, remarquez que je ne m’écarte pas tant - qui sera notre proposition. Aussi nous disposons maintenant d’un pied sur lequel danser, jalon posé dont l’altérable tôt s’absente, d’où je peux dire déjà je peux

Publié dans Dérivés

Commenter cet article